L’ASSO Genève

Les débuts de la société genevoise

Le 13 mai 1856, 33 sous-officiers d’artillerie résidant à Genève fondaient la « Société genevoise des sous-officiers d’artillerie », qui avait pour but d’augmenter l’esprit de corps, la discipline et l’instruction militaire et de resserrer les liens d’amitié entre sociétaires, dont le siège était au Pavillon de Neuve de la Caserne de Hollande.

Stimulés par le succès de celle-ci, des sous-officiers d’infanterie créèrent à leur tour, le 13 octobre 1856, la « Société des sous-officiers d’infanterie de Genève », qui tendait au même but, dont le siège était à la Caserne de Chantepoulet.

Il n’est dès lors pas étonnant que les promoteurs des deux sociétés aient cherché à unir leurs destinées, afin de faire mieux encore. Après études et séances plénières de la commission chargée de réaliser la fusion, une assemblée formée de 140 sous-officiers décida, le 1er septembre 1858, de réaliser une nouvelle association intitulée « Société genevoise des sous-officiers ».

C’est en janvier 1859 qu’entra en fonction le premier Comité, après avoir été lu par la première Assemblée générale de la Section.

asso
Ancien logo de l’ASSO Genève

Création de la société fédérale

Le 14 août 1859 déjà, la jeune Société participait à une abbaye d’inauguration de la Société des sous-officiers de Lausanne. On en vint même à estimer souhaitable la création d’une Société fédérale des sous-officiers. Celle-ci devenait réalité le 4 septembre 1864 à Fribourg, par la volonté réunie des sous-officiers de Berne, Zürich, Lucerne, Lausanne, Genève, Fribourg et Romont. Ses statuts, adoptés à cette occasion, prévoyaient le système du « Vorort » selon lequel une section était chargée de constituer le Comité central.

Notre section eut l’honneur de former ce Comité central pour la période 1865-1867 puis à nouveau pour la période de 1878 à 1879, sur les propositions respectives des assemblées des délégués de Lucerne, du 2 septembre 1865, et de Granges, du 1er septembre 1878.

Elle a fourni au fil des ans six présidents centraux :

  • Le Sergent Major Adolphe Audéoud (1865-1866)
  • Le Sergent Major Henri Orange (1866-1687)
  • L’Adjudant Michel Fleutet (1878-1879)
  • Le Sergent Major William Keller (1923-1926)
  • Le Sergent Major Auguste Maridor (1934-1938)
  • Le Sergent Major Emile Filletaz (1958-1962).

La Vice-présidence centre est, à l’heure où ces lignes sont écrites, occupée par l’Adjudant René Terry, ancien président de la Section (dès 1976).

La Société fédérale des sous-officiers, par décision de l’assemblée extra-ordinaire des délégués tenue à Langenthal le 26 octobre 1913, se transforma en « Association suisse de sous-officiers ». Le système du « Vorort » fut supprimé et remplacé par celui du Comité central formé de membres provenant de diverses sections. Notre Section changea aussi sa raison sociale et devint « L’Association suisse de sous-officiers, section de Genève ».

ASSO centrale
Logo de l’ASSO Centrale

Du Grenier à blé à la Maison de G.-H. Dufour

Où siégeait-elle depuis 1858 ? En de multiples endroits, mais toujours en Ville de Genève, qui furent : le Grenier à blé de Rive situé à l’intersection des rues Verdaine et Vieux-Collège (1858-1881), Grand’Rue 16 (1881-1891), Cours de Rive (1891-1893), rue Bartholoni-Amis de l’instruction (1893-1907), rue du Prince 9 (1907-1914), rue de la Pélisserie (1914-1920), place de la Fusterie 12 (1920-1962), rue Jacques-Balmat 2 – Bâtiment électoral (1962-1964, un incendie au eu lieu le 2 août 1964), à la Villa des Roses, rue des Pâquis 63 (1965-1990) et enfin à la Maison du Général G.-H. Dufour, rue des Contamines 9A (dès 1990).

 

Les drapeaux

La Section eut plusieurs drapeaux : le premier aux couleurs genevoises fut offert par le Conseil d’Etat ; le Second le fut par un groupe de dames et demoiselles en février 1863 avec pour inscription « Société fédérale de sous-officiers, section de Genève » (ce qui n’était qu’une anticipation de quelques mois, ainsi que nous l’avons vu) ; le troisième, œuvre du peintre genevois Noël Fontanet, l’un de ses adhérents, la Section le reçut le 7 mars 1931 du Comité des dames, le quatrième enfin fut remis à la section à l’occasion de son centième anniversaire le 22 juin 1958.

 

« Notre armée de milice »

Notre Section fut dotée d’un organe de liaison intitulé « Le sous-officier » dès mai 1906. Ce dernier fut imprimé régulièrement sauf durant les années de guerre 1914-1918. Il disparut cependant en décembre 1967 après presque soixante ans de bons et loyaux services. Pourquoi ? Parce que notre Section, avec le concours actif du groupement cantonal neuchâtelois de l’ASSO, put lancer, dès octobre 1967, « le sous-officier romand et tessinois », édité et imprimé par le Sergent Regné Gessler, à Colombier (NE), et jusqu’en juin 1973. Son format « journal » fit d’abord son succès, puis, devant l’indifférence de bien des Sections romandes, son échec sur le plan financier s’entend.

A nouveau inspiré par notre Section et avec l’appui du Comité central de l’ASSO et de la conférence des Président romands et tessinois, un nouvel organe parut dès janvier 1974, sous le format « magazine », dont le nom ne différait pas : « Le Sous-officier romand et tessinois » pour devenir, dès mai 1976, « Notre armée de milice ». Il est imprimé par Couvroisier S.A. à la Chaux-de-Fonds, et rédigé par l’Adjudant sous-officier Jean-Hugues Schulé, journaliste professionnel en cette ville.

A ce jour, notre Section édite à nouveau un organe de liaison intitulé « Trait d’Union » paraissant deux fois par année, en printemps et en l’automne. Le rédacteur en chef actuel est le

 

Concours et évènements

Notre section s’est à maintes reprises illustrée dans des concours (fêtes fédérales, journées suisses, journées romandes ou cantonales des sous-officiers, compétitions de sports militaires d’été organisées par l’armée) en qualité de concurrente. En tant qu’organisatrice, elle a mis sur pied les Assemblées des délégués de l’ASSO en 1865, 1923, 1927 et 1958, les fêtes fédérales, ancêtres des Journées suisses, en 1879 et 1933, la fête centrale des vétérans en 1973, les Journées romandes en 1950 et en 1977.

Sur le plan genevois, elle est à l’œuvre dans des manifestations devenues traditionnelles, telles que la Cérémonie à la mémoire des soldats de Genève morts pour la Patrie dès 1921, le test annuel d’orientation de nuit organisé dès 1969 dans une commune genevoise, la compétition annuelle des Journées Suisses des Sous-officiers, le Cortège de l’escalade organisé par le Comité 1692 auquel prend part la Compagnie des piquiers, la marche du Général Dufour organisée dès 2014 sur le territoire genevois et enfin, depuis 2014, les compétitions d’été et d’hiver de sports militaires organisées chaque année par l’armée suisse.

L’Association suisse des sous-officiers prenait également part, à l’époque, au concours à ski du Régiment d’infanterie 3 et des troupes genevoise, dès 1906, ainsi qu’au tir inter-unités des troupes genevoises dès 1920.

ASSO-GE_Complet_RVB
Actuel logo de l’ASSO Genève

Conclusion

Cette trop courte initiation historique à la vie de notre Section depuis 156 ans (ndlr : 118 en 1976) doit faire comprendre au lecteur l’importance qu’a toujours eue notre Association, aujourd’hui forte de 218 adhérents (ndlr : 552 en 1976), l’une des plus grandes de Suisse, et l’intérêt qu’elle suscite chez les citoyens soldats, mais aussi le respect dont elle jouit. Ad multos annos dans le meilleur esprit.

 

                                                                                        Sergent Chef Albert Ziegenbalg (1976)

Mise à jour par le Sergent Chef Laurent Thurnherr (2015)