Traits d’Union

Naissance du Trait d’Union

Notre Section fut dotée d’un organe de liaison intitulé « Le sous-officier » dès mai 1906. Ce dernier fut imprimé régulièrement sauf durant les années de guerre 1914-1918. Il disparut cependant en décembre 1967 après presque soixante ans de bons et loyaux services. Pourquoi ? Parce que notre Section, avec le concours actif du groupement cantonal neuchâtelois de l’ASSO, put lancer, dès octobre 1967, « le sous-officier romand et tessinois », édité et imprimé par le Sergent Regné Gessler, à Colombier (NE), et jusqu’en juin 1973. Son format « journal » fit d’abord son succès, puis, devant l’indifférence de bien des Sections romandes, son échec sur le plan financier s’entend.

A nouveau inspiré par notre Section et avec l’appui du Comité central de l’ASSO et de la conférence des Président romands et tessinois, un nouvel organe parut dès janvier 1974, sous le format « magazine », dont le nom ne différait pas : « Le Sous-officier romand et tessinois » pour devenir, dès mai 1976, « Notre armée de milice ». Il est imprimé par Couvroisier S.A. à la Chaux-de-Fonds, et rédigé par l’Adjudant sous-officier Jean-Hugues Schulé, journaliste professionnel en cette ville.¨

A ce jour, notre Section édite à nouveau un organe de liaison intitulé « Trait d’Union » paraissant deux fois par année, en printemps et en l’automne.

L’actuel rédacteur en chef du Trait d’Union est le Sgt Chef Miguel de Mestral.